Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

L’Occident féodal : thème 2 : Féodaux, souverains et premiers états.

 

1/ La féodalité : une organisation sociale.

 

Comment s'organise la société autour de la féodalité ?

 

1/1 : Le fief, à la base de la féodalité.

 

Qu'est-ce qu'un fief ?

 

Étude de la charte de Jean de Crevant.

 

 

Localisation de Crevant aujourd'huiLocalisation crevant

 

Présentation du document original.

charte jean le crevant

Transcription du document. (Document distribué)

 

 

1/ Présenter le document :

•    La nature :
Une charte est un document manuscrit sur parchemin : acte officiel qui permet à son auteur de faire valoir ses droits. Celle-ci est écrite en français (dès le milieu du XIIIème siècle en Berry) et se termine par un sceau (aujourd’hui disparu).
•    La date :
1315, début du XIVème siècle. Règne de Louis X
•    L'auteur.
Jean de Crevant est le Seigneur du Gué. Il a le titre de damoiseau ce qui signifie qu'il n'est pas chevalier.
•    Le/les destinataires.
« Tous ceux qui verront ces présentes lettres. »
•   L'idée générale. Retrouvez notamment l'expression exacte qui précise ce que fait le Seigneur du Gué en publiant « ces présentes lettres ».
Jean de Crevant décrit le fief qu'il reçoit de Monseigneur Pierre de Brosse. Il  dit tenir en foi et hommage du noble homme.

2/ Identifier le fief.

•    Encadrer en noir la partie du texte qui décrit le fief
 
•    Le fief se compose de différents éléments, souligner en noir les biens immobiliers (bâti), en vert les biens fonciers (terres, bois...), en rouge les redevances et en bleu les droits de Jean de Crevant

 

  • Premièrement, le manoir du Gué et ses dépendances, à savoir le bois, les garennes et les bosquets dudit lieu

    Et aussi les prés et les terres dudit lieu, excepté ceux pour lesquels je paie redevance.

    Et aussi trois étangs et un moulin dépendant du même lieu.

    Et aussi mon verger de Crevant et le bois de la Forêt

    Et aussi, sur les paroisses de Crevant, de Chassignoles, de Saint Martin de Pouligny, de Sazeray et de la Cellette, trente-trois familles d’hommes de serve condition.

    Et aussi, dans les mêmes paroisses, trois muids et deux setiers de céréales de redevance, à la mesure de Crevant, à savoir vingt-et-un setiers de seigle et le reste d’avoine.

Et aussi, dans ces paroisses, douze sous de censEt aussi vingt coqs et autant de poules de redevance

Et aussi cette partie que j’ai dans la justice de la région de Crevant .

En plus de ces biens en nature, Jean reçoit le pouvoir de justice sur le fief et l'autorité sur les 33 familles serves.

 

 

•    D’après ces informations, caractériser ce qu’est un fief et un seigneur au Moyen âge.

•    Le fief est un ensemble de biens (terres, bois, manoir…) et de droits qui fait de son détenteur un seigneur.
Le seigneur est donc un propriétaire foncier : il perçoit des redevances sur les terres allouées aux paysans et disposent de terres réservées.
Mais aussi une personne qui dispose d’un ensemble de droits : le seigneur est appelé maître du ban. Ce droit de ban (autorité) lui permet, comme Jean de Crevant de rendre la justice, de percevoir des taxes sur un moulin (les moulins sont alors en effet des édifices coûteux à construire et à entretenir, ce qui relève donc de la capacité d’un personnage puissant), de fixer les mesures permettant de percevoir les redevances.
Certains seigneurs sont plus puissants : ils peuvent frapper monnaie, comme les seigneurs de Châteauroux le font alors, lever et conduire une armée à la guerre.

3/ Les relations entre les 2 hommes :
 

Moi, Jean de Crevant, damoiseau, Seigneur du Gué, fais savoir à tous ceux qui verront ces présentes lettres, que je tiens et reconnais tenir en foi et hommage du noble homme, Monseigneur Pierre de Brosse, chevalier, seigneur de Sainte Sévère, les choses qui suivent :

 

 

 

Enfin, cher Seigneur, si je tenais de votre foi plus que je ne m’en suis avisé à ce jour, je vous demande même que si je m’en avisais par moi-même ou si d’autres m’en avertissaient, je me permettrais de vous le faire savoir et ferais mon devoir au plus tôt que je le pourrais. En témoignage de cela, moi, Jean de Crevant, j’ai mis sur ces lettres mon propre sceau. Fait le lundi après Pâques, l’an de grâce mil trois cent quinze

 


Jean de Crevant : est le vassal : il doit fidélité et service à un seigneur plus puissant, Pierre de Brosse. Le vassal s’engage donc à soutenir son suzerain quand celui-ci en a besoin : aide pécuniaire (la fameuse « aide aux quatre cas » : départ en croisade, armement du fils chevalier, mariage de la fille ou paiement de rançon) et service d’ost c’est-à-dire service militaire
Pierre de Brosse :, le suzerain, doit protéger et subvenir aux besoins de son vassal. Cela prend le plus souvent la forme, comme c’est le cas ici, de l’octroi d’un fief.
Le système féodal :

C’est un ensemble de liens de fidélité et d’obligations tissés entre des seigneurs plus ou moins puissants. Ce système permet à de puissants seigneurs de contrôler des biens et des personnes.  Les sires et les châtelains dominent l'espace local autours des châteaux.
Des Grands distribuent des fiefs à des vassaux qui s'émancipent également.  Le fief est un cadeau qui oblige, maintient le vassal dans la dépendance mais aussi qui attache le seigneur au vassal.

 

2/ L'émergence de l'Etat en France.

 

Comment l’État émerge-t-il en France ?

Etude de Philippe Auguste et la bataille de Bouvines.

 

Document 1 :

Miniature-Les-3-armees-a-Bouvines.jpg

 

Document 2 : Sceau-de-Philippe-Auguste.png

Document 3 : Doc3-Bouvines.jpg

Document 4 :

Doc-4-Bouvines.jpgDocument 5 :

Le-choc-des-chevaliers-a-Bouvines-copie-1.jpgDocument 6 :

Philippe-Auguste-tombe-de-cheval.jpgDocument 7 :

Philippe-Auguste-contre-Othon.jpgDocument 8 :

Ferrand-prisonnier.jpg

Partager cette page

Repost 0
Published by